Vente immobilière : comment éviter un recours pour vices apparents ?

Vous vendez un bien immobilier et vous souhaitez vous assurer que l’acquéreur ne tentera pas d’invoquer un vice apparent pour récupérer une partie du prix de vente ? Smartpreuve vous informe sur vos droits et vous aide à les faire valoir !
vices apparents

Sommaire

Qu’est-ce qu’un vice apparent ?

Des cas à différencier en matière de vices apparents

Pourquoi est-il important de collecter une preuve d’un vice apparent ?

Comment collecter une preuve d’une vice apparent ?

Qu’est-ce qu’un vice apparent ?


On entend par vice apparent tout défaut visible à l’oeil nu présent au moment de la vente d’un bien immobilier. Cela peut être une fissure, un dégât des eaux, un pan de mur manquant… Il faut que l’acquéreur d’un bien immobilier puisse mesurer toute l’ampleur et toutes les conséquences du vice pour qu’il soit qualifié d’apparent.

Ainsi, si le vice est clairement visible et que ses conséquences sont compréhensibles sans besoin d’une expertise, pas de doute : il s’agit d’un vice apparent. Ce sont les articles 1642 et suivants du code civil qui définissent les vices apparents.

Le vice apparent diffère ainsi du vice caché : le vice caché s’entend d’un défaut qui rend le bien immobilier impropre à l’usage auquel il était destiné au moment de la vente et que l’acquéreur n’aurait pas pu découvrir par un examen superficiel.

Des cas à différencier en matière de vices apparents


Le cas de la vente d’un bien déjà construit

En matière de vente de bien déjà construit, le vendeur n’est – en principe – pas tenu d’indemniser l’acquéreur ou de réparer les vices apparents. L’article 1642 du code civil le prévoit expressément. Il faut toutefois que les vices apparents aient été constatés par l’acquéreur lui-même. Le droit français considère que si les vices sont apparents, l’acquéreur a pu les voir et a donc acheté le bien en pleine connaissance de ceux-ci.

Le cas de la vente d’un bien à construire ou en construction

Selon l’article 1642-1 du code civil, le vendeur d’un bien en construction ou à construire peut être tenu des vices apparents durant un délai d’un mois suivant la remise des clés à l’acquéreur. Passé ce délai, le vendeur ne risque plus rien.

Pourquoi est-il important de collecter une preuve d’un vice apparent ?


On trouve de multiples cas en jurisprudence dans lesquels un acquéreur de mauvaise foi invoque un vice caché pour récupérer une partie du prix qu’il a payé alors même que ce vice était flagrant au moment de la vente. Cette situation est particulièrement délicate pour le vendeur : c’est à lui de prouver que le vice était bien visible et connu de l’acquéreur lorsqu’il a signé l’acte de vente.

Pour éviter cette situation, la collecte d’une preuve fiable des vices apparents par le vendeur est essentielle. Ainsi, l’une des meilleures solutions est de prendre en photo les vices apparents et de les transmettre à l’acquéreur avant la vente. Dans un arrêt du 1er juillet 2010, les juges de la Cour de cassation ont ainsi considéré qu’un vice photographié était un vice apparent.

On notera enfin qu’il relève du devoir de l’agent immobilier d‘informer l’acquéreur sur les vices apparents d’un bien et de les consigner dans l’acte de vente.

Comment collecter une preuve d’un vice apparent ?


Pour collecter une preuve d’un vice apparent, vous pouvez d’abord faire appel à un commissaire de justice (ex-huissier.e). Celui-ci va retranscrire ses observations et établir un procès verbal de constat. La force probante de cet acte authentique est absolue : c’est une preuve irréfutable de la présence de vices apparents inhérents à votre bien avant achat par l’acquéreur. Néanmoins, la réalisation d’un constat d’huissier nécessite systématiquement le déplacement de l’huissier, il vous en coûtera donc environ 300 euros. Pour contacter un commissaire de justice proche de chez vous et adapté à vos besoins, vous pouvez utiliser l’application Smartpreuve.

La seconde solution consiste à collecter une preuve photo ou vidéo des vices apparents par vous-même. Pour cela, les clichés doivent être impérativement réalisés antérieurement à la vente pour démontrer que l’acquéreur ne pouvait méconnaître le défaut. Le mieux reste de prendre les photos ou vidéos au moment d’une visite du bien par l’acquéreur puis de lui transmettre les clichés collectés (même principe que pour l’état des lieux). Pour que votre sécuriser votre cliché, nous vous conseillons Smartpreuve.

Comment collecter la preuve d’un vice apparent avec Smartpreuve ?

Smartpreuve est une application qui permet à son utilisateur de se constituer des débuts de preuve solides et de les faire certifier par un commissaire de justice (ex-huissier). Pour ce faire, les fichiers photos ou vidéos collectés via l’application sont horodatés, géolocalisés et stockés sur un serveur sécurisé. Le dépôt de fichiers fait l’objet d’une attestation émise en maximum 24 heures par l’un de nos 60 commissaires de justice partenaires. L’application vous permet ainsi de sécuriser vos preuves juridiques par vous-même et d’appuyer vos prétentions, que ce soit dans le cadre d’un litige ou du règlement amiable d’un conflit.

En cas de vente immobilière, Smartpreuve vous permet ainsi de collecter des débuts de preuves fiables que les vices étaient présents et connus au moment de la vente ! Prenez des photos ou des vidéos des vices apparents et annexez à l’acte de vente l’attestation de commissaire de justice que vous aurez reçu en moins de 24 heures. Horodatés et géolocalisés, les fichiers que vous aurez collectés sont moins réfutables qu’une simple photo ou vidéo. Ils constitueront des débuts de preuves solides de la connaissance des vices apparents par un acquéreur en cas de litige.
centered image

Plus d’articles

Travaux mal faits : que faire ?

Travaux mal faits : que faire ?

Nouvelle construction, travaux légers ou rénovation d’envergure : toutes ces situations peuvent donner lieu à un travail mal fait. Ces imperfections peuvent être particulièrement désagréables, coûteuses voire dangereuses. Heureusement, il existe des manières de se protéger en cas de malfaçon.
Smartpreuve vous informe de vos droits et vous aide à les faire valoir.

Travaux au sein d’une copropriété : comment procéder ?

Travaux au sein d’une copropriété : comment procéder ?

Fuite d’eau ou mobilier en ruine dans les parties communes : une copropriété nécessite parfois certains travaux que tous les copropriétaires doivent accepter. Entre procédure stricte de décision et opposition de certains copropriétaires aux travaux, il est parfois difficile de s’y retrouver.

Smartpreuve vous informe de vos droits et vous aide à les faire valoir.